Written by Udps2

441E5C7BFEF911746239A1DF720125071B4B82C7679EA99BD7pimgpsh fullsize distrhttps://www.youtube.com/watch?v=QcpZNgnDbJo&feature=youtu.be

Félix Tshisekedi : « Kabila n’a pas le droit de convoquer le Dialogue! »
 Contrairement à la rumeur qui a dominé le microcosme politique national, faisant état d’un déplacement à Luanda du Secrétaire National de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS) en charge des Affaires extérieurs pour rencontrer le président angolais, Dos Santos, pressenti médiateur du Dialogue national congolais, Félix Tshisekedi a tenu à éclairer, hier lundi 30 novembre 2015, l’opinion sur les vraies raisons de ce voyage. Abordé à chaud par la presse à son arrivée à l’aéroport de N’Djili, par un régulier de la société Taag, le « patron » des Affaires extérieures de l’UDPS a simplement indiqué que ce déplacement dans ce pays voisin s’inscrivait dans le cadre de la réunion de l’Internationale socialiste. Il s’agit d’une organisation politique internationale qui regroupe la majeure partie des partis socialistes, sociaux-démocrates et travaillistes du monde, ainsi que certains démocrates. « C’était une occasion de raffermir les relations entre nos partis qui se connaissent déjà, de découvrir les nouveaux venus et même de prendre des contacts avec des autorités locales… », a brièvement expliqué Félix Tshisekedi.   Interrogé sur le principal sujet d’actualité dans le pays, à savoir le Dialogue national, annoncé le samedi 28 novembre 2015 par le président de la République, Joseph Kabila, alors que la médiation n’est pas internationale, telle que l’exigeait l’UDPS, Félix Tshisekedi n’est pas allé par le dos de la cuillère : « Ce n’était pas d’abord à lui de convoquer le Dialogue. Il n’y a rien de nouveau dans ses déclarations. Il a dit ce qu’on savait déjà : il voulait le Dialogue. En revanche, là où on l’attendait, il n’a pas beaucoup parlé, c’est-à-dire sur son sort lui-même, car tout le monde sait qu’en 2016, il y a une alternance qui doit se faire conformément à la Constitution. Là, on ne l’a pas entendu… ». 
 
            Poursuivant sur la même lancée, ce cadre de l’UDPS a relevé un péril dans la sortie médiatique du Chef de l’État : « Il prend une dérive dangereuse en parlant du mode de scrutin qu’il faut refaire ou en évoquant de manière subtile le recensement. Ça, c’est tout à fait dangereux et nous disons ‘NON’ à cela

Written by Udps2

UDPS

 

 

 

 

 

Mot du secrétaire général de l’UDPS
Mesdames et messieurs,
Combattantes et combattants,
1. Le 26 novembre 2011 , le 26 novembre 2015 , il y a 4 ans , le monde
entier dont les yeux étaient braqués sur la RD. Congo a été scandalisé
par la fin tragique de la campagne électorale.
2. Ce jour-là , Etienne TSHISEKEDI , candidat n° 11 à la présidentielle
est surpris de voir son jet en provenance de Matadi et qui devait
atterrir à l’aéroport international de N’djili interdit de se poser,
il est forcé d’atterrir à l’aéroport de Ndolo . Il se décide de
repartir vers l’aéroport de N’djili où il était attendu par ses
nombreux combattants . Dès son arrivée à N’djili, il est bloqué dans la
salle d’attente, séquestré pendant toute la journée et la nuit et est
donc interdit de clôturer sa campagne .
3. Le même jour , la paisible population venue accueillir son candidat
est violemment réprimée le long du boulevard Lumumba.
4. On compte des morts, des blessés graves et des disparus. En
mémoire de ces morts toujours sans tombes , je vous invite à observer
une minute de silence .

Mesdames et messieurs ,
Combattantes et combattants
5. Ces deux événements prouvent combien la crise actuelle concerne
deux personnes, Etienne TSHISEKEDI et Joseph KABILA .
6. Ces deux événements justifient la quête de la réconciliation visée
par les résolutions 2098 , 2147 et 2211 du Conseil de Sécurité de
l’ONU; une réconciliation qui ne se fera qu’à l’issue du dialogue .
7. C’est au dialogue que tous nous saurons ce qui s’était réellement
passé ce jour-là mais aussi avant et après le 26 novembre 2011.
8. C’est au dialogue que nous prendrons tous des engagements pour que
plus jamais cela ne se répète . Nous espérons aller aux prochaines
élections non plus comme des ennemis prêts à se tuer mais plutôt comme
les adversaires politiques , mieux encore des frères et sœurs
réconciliés .
9. Je remercie les amis qui se sont associés à notre douleur ce jour
et je leur dis , c’est dans le malheur qu’on reconnait ses vrais amis .
10. Puisse nos compatriotes morts pendant ces événements reposer en
paix et que la terre de nos ancêtres leur soit douce et légère .

Fait à Kinshasa , le 26 novembre 2015

MAVUNGU PUATI Bruno
Secrétaire GénéralUDPS

Written by Udps2

3efd277ba81c40c0ffe1190aac05204d73a0212f5ac06ecf401ea615d841e59805c7dbd33b9595d620c422d1e9cc0ca56991882239f9d0fcf859d2f82a9211db8b01899e8dd317a7fdcf76f3fed0d9ac0db2d7d5222f3a81393298461d19997eFini la récréation, l’UDPS donne le ton

Il y a un temps pour tout : Un temps pour réfléchir et un temps pour partager ses réflexions.

Ceux qui n’ont pas compris que l’UDPS peut aussi avoir son temps de réflexion et qui l’ont donné pour morte, dépassée et coupée de sa base ont eu la réponse aujourd’hui.

Cette réponse est venue des milliers et des milliers des congolais (dont on disait avoir tourné les dos à l’UDPS) qui ont pris d’assaut la permenance de Limeté aujourd’hui pour écouter le secrétaire général Bruno Mavungu, le secrétaire général adjoint Bruno Tshibala et le secrétaire national aux relations extérieures Félix Tshisekedi.

Il faut noter que ces grands cadres de l’UDPS viennent de la Belgique où ils ont été en séance de

travail avec le Président Etienne Tshisekedi qui, bientôt là, sera de retour au Congo.

B/B Chipuita

Written by Udps2

             

   
                                                                                                               
   

                                                                                                                                     Union

ENTETE UDPS                                                                                                Pour la Démocratie

                                                                                                Et le Progrès Social

                                                       

          PRESIDENCE DU PARTI

                                  

         POINT DE PRESSE ANIME PAR LE SECRETAIRE GENERAL DE L’UDPS

 

Mesdames, Messieurs de la presse,

1. La direction du parti est heureuse de vous accueillir ; elle vous remercie d’avoir répondu à son invitation.

A. LES ATTENTATS DE PARIS

2. Les terroristes ont frappé au cœur de Paris, capitale de la France berceau de la démocratie.

Ils ont tués des hommes et des femmes, des jeunes et des vieux de plusieurs nationalités ; ils ont tué des innocents et par ces actes, ils ont frappé le monde entier.

3. Consterné, notre parti présente ses condoléances les plus attristées au Président François Hollande, au peuple français ainsi qu’aux familles éprouvées. Le Secrétaire Général a signé le livre de condoléances au nom du Président du Parti.

4. En mémoire de ces victimes innocentes. L’UDPS vous prie de garder une minute de silence.

B. MEETING DU SAMEDI 21 NOVEEMBRE 2015

Mesdames, Messieurs de la presse,

5. Ayant observé des atermoiements dans la convocation du dialogue, notre parti a donné un ultimatum au Secrétaire Général des Nations Unies en lui demandant de convoquer ce forum avant le 30 novembre.

6. Respectueuse de la constitution et des lois du pays, l’UDPS a toujours exigé que les élections se tiennent dans le délai constitutionnel.

7. L’UDPS a salué la dernière déclaration de la conférence Episcopale Nationale des Evêques du Congo (CENCO) quant à ce et rappelle que ces princes de l’église sont parmi les premiers à avoir exigé la tenue d’un dialogue pour résoudre la crise née des élections de novembre 2011.

8. L’UDPS a examiné aussi bien le rapport de M. Jérôme BONSO Président de la LINELIT que celui des experts de l’OIF (Organisation Internationale de la Francophonie). Les conclusions de ces deux rapports inquiètent si des dispositions ne sont pas prises rapidement pour convoquer le dialogue afin de restructurer la CENI en révisant les textes qui la créent et en désignant de manière concertée ses animateurs.

9. C’est dans le souci de maintenir la pression sur le conseil de Sécurité de l’ONU (signataire des Résolutions 2098, 2147 et 2211) et l’Union Africaine (signataire de l’Accord Cadre d’Addis-Abeba que notre parti organise un meeting ce samedi 21 novembre 2015 à la permanence du parti à Limete à partir de 11 heures.

C. LE 26 NOVEMBRE : JOURNEE NATIONALE DU SOUVENIR

Mesdames, Messieurs de la presse,

10. Le peuple congolais n’a pas oublié que la journée du 26 novembre 2011 qui devait marquer la fin de la campagne électorale a été perturbée par des actes répréhensibles notamment la séquestration du candidat TSHISEKEDI ainsi que le massacre des populations massées le long de l’avenue Lumumba à Tshangu pour l’accueillir.

11. Avant, pendant et après les élections, il y a eu des morts.

12. C’est pour honorer la mémoire de ces morts et exiger que justice leur soit rendue que nous célébrons cette journée.

13. Et à travers cette journée, l’UDPS souhaite que plus jamais cela n’arrive.

14. C’est la séquestration d’Etienne TSHISEKEDI et les massacres qui justifient le dialogue initié par la Communauté Internationale à travers les Résolutions 2098, 2147 et 2211 afin que la Réconciliation soit scellée.

15. L’UDPS commémorera cette journée le jeudi 26 novembre 2015 à la permanence du parti à partir de 11 heures.

D. LA LETTRE DIFFUSEE SUR LES RESEAUX SOCIAUX ET ATTRIBUEE A LA FAMILLE DU PREISDENT TSHISEKEDI

Mesdames, Messieurs de la presse

16 .Une lettre diffusée sur les réseaux sociaux et attribuée à la famille biologique du Président fait état des pressions exercées sur ce dernier par certains membres de sa famille pour le contraindre d’aller au dialogue.

17 Considérant son contenu, il n’y a pas de doute que cette lettre sort de l’usine à mensonges des ennemis du dialogue.

18 Avant-hier, ils ont prétendu que TSHISEKEDI cherchait le dialogue pour faire de son fils premier ministre.

Hier, ils ont déclaré être convaincus que TSHISEKEDI ne connaissait rien du dialogue et accusé ceux qui parmi ses collaborateurs soutiennent le dialogue de négocier, sur son dos, des postes avec KABILA.

Et pour atteindre leur sale objectif, ils instrumentalisent certains chevaliers de la plume quant à ce.

L’UDPS dénonce cette lettre, dément et met en garde ses auteurs, du reste bien identifies.

E. DE L’INVESTITURE DES MEMBRES DU BUREAU DE LA CENI ET DE LA NOMMINATION DES COMMISSAIRES SPECIAUX

Mesdames, Messieurs de la presse,

19. Vous allez certainement nous poser des questions sur les dernières ordonnances nommant aussi les commissaires spéciaux et les adjoints que les membres du Bureau de l’actuelle CENI

20. L’UDPS déplore cela parce que le peuple congolais et le monde entier attend la convocation du Dialogue sous la médiation de la Communauté Internationale.

21. Ces nominations n’engagent pas l’UDPS qui attend la convocation et la tenue du dialogue.

22. Pour le Président Etienne TSHISEKEDI WA MULUMBA et l’UDPS, toutes ces questions trouveront leurs réponses au dialogue.

23. Et pour finir, AVANT LE DIALOGUE ne sera pas EGAL APRES LE DIALOGUE.

Fait à Kinshasa, le 18 Novembre 2015

Bruno MAVUNGU PUATI

Secrétaire Général                          

Written by Udps2
Vendredi 30/10/2015 Son Excellence Dr Étienne TSHISEKEDI WA MULUMBA,Président Élu de la RDC et Président  de l'UDPS à accordé une audience à Monsieur Raphaël KATEBE KATOTO et Monsieur Moïse KATUMBI CHAPWE dans son Cabinet du travail à Bruxelles.
Cette séance de travail avait pour l'objet,faire évaluation de la situation politique de la République Démocratique du Congo d'une manière générale et du processus électoral en particulier.
Augustin KABUYA
Secrétaire National Adjoint Chargé de 
Communication, Informations et Médias de l'UDPS/ TSHISEKEDI.katumbi chez PP

Written by Udps2

CONFÉRENCE DE PRESSE DE LA DIRECTION POLITIQUE DE L’UDPS TENUE A
SG BRUNO 1

Mesdames et Messieurs de la Presse,
Combattantes et Combattants de l’U.D.P.S.,
Chers Compatriotes,
Distingués invités,
De prime abord, nous tenons à saluer la présence des chevaliers de la
plume et de tous les compatriotes qui ont fait le déplacement de
Bruxelles ce jour, témoignage de leur solidarité avec notre peuple en
détresse au pays, et aussi de leur détermination de voir s’arrêter le
régime d’imposture en place, dans ses tentatives désespérées de
s’accrocher encore au pouvoir dans notre pays.
Nous voudrions également remercier vivement les combattantes et
combattants de l’U.D.P.S., pour leur présence massive à cette
conférence, et surtout pour tous les sacrifices et leur dévouement à
la cause du parti et du peuple congolais.

Nous ne manquerons surtout pas de saluer le Combattant Suprême, notre
Chef, Son Excellence Dr Etienne TSHISEKEDI wa MULUMBA, hôte depuis
quelque temps de cette ville. Il aurait pu être avec nous en ce lieu ;
mais empêché, il nous a chargés de vous transmettre ses salutations,
et compte sur votre indéfectible soutien en vous exhortant d’avoir foi
dans l’avenir radieux du Congo, avenir qui passe par une
réconciliation sincère des enfants du pays et une mobilisation tous
azimuts de toutes les forces vives de la nation.
Nous saisissons cette opportunité pour relayer l’appel solennel de
notre Président à toutes les forces politiques et sociales acquises au
changement, de se ranger aux côtés de l’U.D.P.S., dans un grand
rassemblement républicain pour exiger la tenue immédiate du dialogue
dont les objectifs principaux recherchés sont :
 L’élaboration d’un calendrier électoral réaliste et consensuel qui
tient compte des délais constitutionnels ;
 L’organisation d’un processus électoral crédible et dans un climat apaisé ;
Le transfert pacifique du pouvoir, dans le respect de l’expression de
notre peuple.
En liminaire, l’U.D.P.S. souligne que la situation politique de notre
pays, toujours préoccupante et inquiétante, est telle ce volcan dont
l’explosion ne peut qu’être néfaste dans un pays de non-état.
Sans doute que la psychose de fin de règne, explique les incertitudes
des uns et aussi les atermoiements du régime en place de s’engager
rapidement sur la voie de solutions susceptibles de mettre fin à la
crise.

Cette communication sera axée sur la position de l’U.D.P.S. relative à
la crise politique et de légitimité qui mine la République
Démocratique du Congo et sa vision pour en sortir.
Nous allons donc nous appesantir brièvement sur les points suivants :
1. La situation politique ;
2. L’emballement du pouvoir et sa politique du chaos généralisé ;
3. Le dialogue politique et le consensus pour résoudre la crise et le
baliser l’avenir ;
4. Le schéma de l’U.D.P.S.

I. SITUATION POLITIQUE DU PAYS
Il convient de rappeler que, réunis à Addis-Abeba (Ethiopie), le 25
mai 1963 pour signer et sceller la Charte de l’Organisation de l’Unité
Africaine (O.U.A.), aujourd’hui l’Union Africaine, les dirigeants
africains avaient exprimé leur foi dans l’unité du continent et leur
espoir de voir le Congo, dont les richesses du sol et du sous-sol sont
à même de nourrir toute l’Afrique et une partie de l’Europe, jouer le
rôle de premier plan sur le continent.
Le Congo était et reste l’espoir de l’Afrique.
A cause de l’absence d’une gouvernance démocratique, la corruption et
l’incurie des dirigeants, exacerbées par le régime de défi en place,
le Congo est à ce jour la risée du monde. Il est classé le dernier
pays le moins avancé et son peuple le plus misérable du monde.
A l’heure qu’il est, la R.D.C. traverse une grave crise politique et
de légitimité qui paralyse le fonctionnement de l’Etat. Celle-ci
trouve son origine dans le coup de force, autrement dit le hold-up
électoral opéré par M. Joseph KABILA et son groupe, lors de l’élection
présidentielle de novembre 2011.

Cette élection, comme chacun le sait et le reconnait, a été remportée
par Monsieur Etienne TSHISEKEDI wa MULUMBA, que l’écrasante majorité
du peuple Congolais avait plébiscité Président de la République.
Pour son intérêt personnel et celui de son groupe, Joseph KABILA avait
choisi de ne pas s’incliner devant la volonté du peuple et de régner
par défi, créant ainsi l’actuelle crise.
En plus de lui-même dont le mandat est usurpé, toutes les institutions
de la République sont illégitimes, et pour certaines hors mandat. Il
en est ainsi : du Sénat, des Assemblées provinciales et des
Gouverneurs de province élus en 2006 et qui sont toujours en fonction,
au nom de la loi de la jungle.
Bref, une rupture totale du pacte républicain laborieusement négocié
et scellé le 17 décembre 2002 à Pretoria, dans l’Accord Global et
Inclusif à l’issue du Dialogue inter-congolais de Sun City.
II. L’EMBALLEMENT DU POUVOIR ET SA POLITIQUE DU CHAOS GENERALISE.
Au lieu d’œuvrer pour un fonctionnement harmonieux des institutions,
instaurer un Etat de droit, garantir la bonne gouvernance et
l’alternance démocratique au pouvoir, comme consigné dans notre
Constitution, tout en multipliant des actes destinés à engendrer un
chaos généralisé dans le pays, dans le seul, dans le seul souci de
glisser au-delà de novembre 2016.
C’est ainsi qu’il faut comprendre que le pouvoir, après avoir
instrumentalisé la CENI, et réalisé une cagnotte de 250 Millions de
Dollars US par exercice budgétaire, à compter de 2012 ; ce qui donne
un total de 1 Milliard US $ pour financer les élections, n’a décaissé
qu’à peine 17% de celle-ci.

Plus grave encore, le pouvoir allègue qu’il est incapable de débourser
2 Millions US $ pour permettre à sa CENI d’organiser l’élection des
Gouverneurs dans les provinces qu’il s’est pourtant empressé de créer
de toutes pièces.
C’est aussi le sens du démembrement précipité de 9 de nos provinces
pour en créer 26, sans tenir compte des critères objectifs devant
présider à leur création. Ceci a tout simplement contribué au désordre
dans l’administration du pays.
Venant du pays, nous vous informons que ces nouvelles provinces sont
simplement des mort-nés.
La Cour Constitutionnelle, mise en place à la hâte, et constituée des
seuls partisans du régime, ne l’a été que dans le seul but de
conforter la politique de la confiscation du pouvoir.
La gravité de la situation ainsi créée et les risques qu’elle fait
peser sur l’avenir du pays, exigent que les Congolais se retrouvent
rapidement pour mettre un coup d’arrêt à la politique de la terre
brûlée.
III. LE DIALOGUE POLITIQUE ET LE CONSENSUS POUR RESOUDRE LA CRISE ET
RELANCER LE PROCESSUS DEMOCRATIQUE
Devant la faillite de l’Etat congolais et l’ampleur de la crise
politique et sociale en R.D.C., et répondant à l’appel lancé le 9
décembre 2011 pour un règlement de la crise engendrée par les auteurs
du hold-up électoral de novembre 2011, le Conseil de Sécurité des
Nations Unies a initié l’Accord-cadre, signé le 24 février 2013 à
Addis-Abeba. Lequel accord a reconnu que les institutions du pays ne
répondaient pas aux attentes du peuple et a préconisé la
réconciliation des Congolais devant cette situation.

Les 3 Résolutions subséquentes du Conseil de Sécurité : la 2098, la
2147 et la 2211, ont à leur tour prescrit la tenue d’un dialogue
politique inclusif des Congolais, sous la facilitation du Représentant
Spécial du Secrétaire Général de l’O.N.U. en R.D.C., en vue de
favoriser la réconciliation, la démocratisation et l’organisation des
élections présidentielles et législatives transparentes, crédibles et
apaisées.
L’U.D.P.S. est partie prenante à ce dialogue, qui constitue le cadre
par excellence, en vue de trouver, entre Congolais, un compromis pour
mettre fin à la crise et amorcer un processus électoral crédible et
transparent, conduisant inévitablement à l’alternance politique en
2016.
IV. LE SCHEMA DE L’UDPS
De ce qui précède :
1. Le dialogue politique est pour l’U.D.P.S. la seule voie royale pour
sortir de l’impasse actuelle, dégager un consensus autour du processus
électoral en cours dont le terminal est septembre 2016, et enfin
baliser la voie vers un avenir meilleur pour les filles et fils du
Congo.
2. Dans le cadre de la réconciliation, le dialogue devra procéder à
une évaluation de l’élection de 2011 et d’en tirer toutes les leçons
pour que cela ne se reproduise plus à l’avenir.
3. Le processus électoral en cours, devra se dérouler impérativement
dans le respect de la Constitution et des délais que celles-ci
prescrit et, par conséquent, aucun glissement ne sera toléré.
4. Pour hâter la tenue du dialogue, le Président de l’U.D.P.S.,
Etienne TSHISEKEDI wa MULUMBA, vient de saisir le Secrétaire Général
de l’O.N.U., afin de lui demander instamment de désigner le
facilitateur international chargé de rapprocher les parties au
dialogue et en assurer la convocation.
5. Pour l’U.D.P.S., la CENI qui a joué le rôle de levier de la
tricherie et des tripatouillages des résultats, doit être entièrement
recomposées.
6. Pour l’U.D.P.S., dépassé fin novembre 2015, le dialogue risque de
devenir sans objet. Auquel cas, le parti et son Président s’en
remettront aux Congolaises et Congolais pour décider de leur destin
commun.
Telle est, Mesdames et Messieurs de la presse, chers Compatriotes,
Distingués Invités, la vision de l’U.D.P.S. pour sortir de l’impasse
actuelle et éviter à la RDC un naufrage prévisible.

Nous vous remercions et sommes à votre disposition pour vos questions.

Bruno MAVUNGU PUATI,
Secrétaire Général
Bruno TSHIBALA,
Secrétaire Général-Adjoint et Porte-Parole
Félix TSHISEKEDI,
Secrétaire National aux relations extérieures